Peut-on bien vivre sa solitude?

Il existe des gens qui disent aimer se sentir seuls. Pour eux, avoir des relations avec les autres n’est pas indispensable et le célibat ne leur apparaît pas comme une difficulté insurmontable. En effet, des témoignages font état de personnes qui semblent même bien vivre avec eux-même. Est-ce possible ou pas?

Les psys n’aiment pas les solitaires

Pour les psychologues, le fait d’aimer la solitude cache quelque-chose de mauvais. Que ce soit un problème dans l’enfance ou une éducation avec des parents qui pensent qu’il faut se méfier de tout le monde, il semble que les psys pensent que les personnes vivant seules soient en fait des malades, des névrosés inadaptés à la vie en groupe. Pour eux, il n’est pas possible de vivre comme cela sans avoir un problème dans sa tête.

Ainsi pour ces professionnels de la bêtise, la première raison qui pousse les solitaires à rester avec eux-même est la peur de l’autre. Donc si on suit leur raisonnement, tous les timides sont des asociaux, les personnes qui vivent seules stressent dès qu’ils mettent le nez dehors. Le problème est que chez ces personnes, il en existe une grande majorité qui ont des amis et qui n’ont pas peur du tout de sortir de chez-elles! Donc ces chers professionnels ont peut-être torts? Non, pas possible! En même temps ce ne serait pas la première fois car si on regarde bien les publications de psychologie de comptoir et d’émissions télé, on se rend compte qu’il existe des modes, des courants qui changent mais qui ne sont en fait pas plus étayés que la voyance qu’ils critiquent tant.

Mauvaise éducation

Oui, les psychologues n’hésitent pas à s’attaquer aux parents des enfants qui aiment vivre seuls. Pour eux c’est le signe que les parents ont élevés leurs enfants dans une atmosphère anxiogène, régit par la peur de l’autre. Mais alors, qu’en est-il des enfants qui ont plein d’amis mais des amis extrémistes? Les sectes, les partis situés à la droite de la droite sont remplis de gens qui profitent de leurs réseaux, qui sont installés dans la société mais qui en détestent une ou plusieurs partie.
Un autre exemple est celui des enfants de parents aimant vivre comme des hippies ce qui exaspèrent des enfant qui à l’adolescence aiment avoir leur intimité. Il existe sûrement des tonnes d’autres exemples.

La peur d’être délaissés

Cette peur explique le fait que certains préfèrent vivre seuls. Le problème: Tout le monde à peur d’être délaissé, abandonné, tout le monde craint la rupture, donc cet argument ne tient pas.

Un aveu de faiblesse que certains devraient faire

Plutôt que d’avoir réponse à tout, les psychologues devraient accepter de ne pas savoir, arrêter de se prendre au sérieux et se mettre à réfléchir aux causes probables de certains soucis, en prenant soins de ne valider que des théories dont ils sont certains.
Bien-entendu, il ne faut pas tout jeter, mais tout de même, si on est capable de prendre du recul face à l’ésotérisme, il faudrait prendre le temps de faire la même chose avec la psychologie car elle reste une science humaine, non une science exacte.

Alors, la solitude est-elle vraiment un problème?

Il y a la solitude subie et la solitude voulue. Il arrive que certains perdent des proches, subissent la rupture amoureuse, ça c’est une chose qui ne se contrôle pas et qui vient justement étayer ce que nous disions sur les inepties dites par les psychologues, à savoir qu’ils traitent les solitaires de névrosés.

Mais ce qui est intéressant de d’étudier ceux qui sont heureux seuls, car si ils paraissent névrosés, ils ne le sont pas obligatoirement et sont en fait des gens qui sont tout simplement curieux du monde, de la nature plus que des hommes. Ils peuvent aussi avoir des passions prenantes, préférer la vie à la campagne qu’a la ville. Des tonnes d’autres exemples existent sans doute mais une chose très intéressante est de voir que les gens qui vivent en groupe finissent souvent par se quitter voire même se déchirer, ce qui montre que si l’homme à besoin des autres, il n’est pas pour autant fait pour vivre en groupe. Si c’était le cas, il n’y aurait pas besoin d’instaurer autant de règles de vie en société partout ou cela est imposé.

Pas une maladie!

Non, ce n’est pas grave. On est pas anormale si on vit seule. A partir du moment où on garde un minimum de contact avec l’extérieur et que l’on continue à apprécier les sorties entre amis sans pour autant maudire la Terre entière, alors pas de soucis!