Pourquoi a-t-il peur de l’engagement?

C’est une question qui est de plus en plus courante car avant elle ne se posait pas. Les anciennes générations n’avaient pas le choix, le mariage était de rigueur, la vie ensemble faisait loi. Aujourd’hui les choses ont bien changées, on se rencontre, on se quitte, s’écoute aussi beaucoup plus. Oui, aujourd’hui, on parle de soi, on se remet au centre de tout, parfois même on se met trop au centre.

Une différence entre hommes et femmes

Il est clair que les femmes ont des attentes différentes de celles des hommes avec un besoin de la part des premières de sécurité, de savoir où elles vont dans l’avenir, là où les hommes sont plus dans l’instant qui peut parfois aller jusqu’à la peur du lendemain.

Si il m’aimait, il se marierait

C’est ce que se disent de nombreuses femmes qui sont frustrées du refus de leur conjoint de se marier, de prendre des décisions. Cela se traduit d’abord par des choses simples comme un éloignement physique et moral pour des choses du quotidien. Il se sent mal et n’ose pas toujours le dire alors il prend de la distance. Du coup, il paraît plus froid que d’habitude.

Il existe des hommes qui n’arrivent pas à prendre de décisions par faiblesses, par problèmes passés. Cela existe. Mais il faut dire qu’au quotidien, quand l’homme ne prend pas de décisions, il pense surtout à sa liberté, il se dit qu’il va vieillir sans avoir vécu certaines expériences, que le mariage, l’enfant c’est une fin. Pour lui, ce n’est pas le début d’une grande aventure mais la fin de la liberté et cela même si sa vie n’est pas palpitante. Cela peut aussi être la fin de sa vie telle qu’il se l’imagine. Oui, chez l’homme, l’imaginaire peut rester longtemps important. Là où chez certains il s’arrête à l’adolescence, chez certains la capacité à rêver reste grande. Cela peut provenir d’une enfance malheureuse et solitaire, surtout d’un manque d’expérience.

La deuxième attitude de la femme

Homme qui ne veut pas s'engagerSouvent, face à un homme qui ne veut pas s’engager, la femme cherche à savoir ce qui ne va pas. Elle passe du questionnement sur les sentiments, au questionnement permettant de comprendre pourquoi il ne veut pas s’engager. Là on tombe en général sur les problèmes liés à l’enfance, à l’abandon, des souffrances antérieures. La femme devient alors le plus souvent confidente, compréhensive et prend sur elle.

Pas facile pour tous les deux

Bien souvent la première réponse qui vient à l’esprit est que l’homme est un faible ou un homme à femme qui ne veut que des relations éphémères. Seulement ce n’est pas toujours le cas puisqu’il arrive que certains d’entres eux, surtout ceux qui n’enchaînent pas les conquêtes, soient en fait les premières victimes de ce mal. Certains vivent un véritable enfer car le mal est si fort en eux, qu’ils n’arrivent pas à s’en défaire. Si en plus ce mal est lié à des problèmes graves alors là, peut vraiment se faire du souci pour eux.

Pourtant, il faut parfois savoir dire stop, parfois savoir vivre pour soi. Une grosse erreur est de porter ce poids sur nos propres épaules. Grave erreur! On peut écouter, on peut aider mais le travail de changement appartient au malade quel qu’il soit. Une blessure psychologique c’est comme une blessure physique: On ne peut pas prendre les médicaments à la place de l’autre. On peut l’accompagner à l’hôpital, on peut le soutenir mais on ne peut pas se soigner à sa place. Et si il ne veut pas se soigner, alors il faut songer à partir.