Ne pas avoir peur de verser quelque larmes

Aujourd’hui nous sommes tous plus ou moins sensibles mais il est de plus en plus mal vu de se laisser aller. Si on s’écoute toujours plus par le biais des références psychologiques et des publications sur le bien-être, le fait de pleurer n’est pas toujours bien vu. Ce qui se passe c’est que nos envies de nous sentir bien sont de plus en plus confrontées à l’augmentation de la place de la morale dans nos sociétés.

Petit retour en arrière

Si les années 60 et 70 ont été le théâtre d’une libération des mœurs, il n’en va plus de même pour les années 2000 qui elles sont un retour à l’ordre moral. Plus le droit de montrer certaines choses, protection du consommateur qui prend des proportions considérables mais aussi attentes de plus en plus grandes de la part de la population de morale, nous ne vivons plus dans le même monde aujourd’hui qu’avant. Du coup, le fait de pleurer n’est plus aussi bien vu aujourd’hui car il est plus une preuve de faiblesse dans un monde de plus en plus dure qu’une preuve de sensibilité. Pourtant, pleurer n’est pas si mauvais et cela peut même se montrer salutaire.

Une manière d’évacuer

Oui, c’est une manière de faire partir des hormones de stress et de se détendre momentanément. Ce n’est pas un bêtise, c’est vrai, les glandes lacrymales sont des portes de sorties de certains produits chimiques produits par le corps.

Mais n’oublions pas que c’est aussi une manière de se laisser aller. nous n’aimons pas toujours nous montrer, c’est une chose mais si c’est une question de qu’en dira-t-on, là c’est autre chose.

Il ne faut pas avoir honte

D’abord il ne faut pas tout garder pour soi, le fait de verser une larme de manière exceptionnelle est au contraire une manière de se montrer plus humain. C’est plutôt trop pleurer qui finira par ne plus attendrir personne et du coup on passera pour une personne qui simule et donc une personne fausse.

Attention aussi à ne pas se montrer à des gens qui ne nous aiment pas car ils pourraient expliquer cette faiblesse contre nous. Mais tout cela mis à part, pourquoi ne pas se laisser aller? Il n’y a rien de honteux à exprimer un sentiment et en plus cela peut faire beaucoup de bien. Cet effet libérateur n’est pas qu’une idée et après on se sent beaucoup mieux. Alors pourquoi continuer à se cacher?

Une dernière chose

Le sens de la mesure est une chose qui est très importante. Il ne faut pas utiliser les larmes comme un moyen de communiquer ou de se faire plaindre comme le fonds certains enfants car au bout d’un moment ça énerve et ça montre à quel point on est manipulateur. Il ne faut pas non plus tut cacher. La véritable question n’est pas de savoir si on doit se cacher pour pleurer mais de qui nous devons nous méfier. En effet, il ne faut pas s’interdire d’avoir des sentiments, parfois la société à tort.