Rupture: Comment oublier?

De nombreuses personnes n’arrivent pas à se séparer du passé, n’arrivent pas à tourner la page. C’est une chose qui est malheureusement très difficile à contrôler car avec l’aide de psychothérapeutes, avec les amis, ou par soi-même on arrive le plus souvent à isoler les causes du mal mais le plus dure est de le combattre.

Combattre le mal

C’est ce qu’il y a de plus dure car on ne parle pas de comprendre un problème car c’est déjà fait. Ce qui se passe c’est que c’est une réaction chimique à laquelle il faut faire face. Le cerveau, lui, sait très bien ce qui se passe, il comprend la différence entre le bien et le mal et on peut écouter tous les conseils que l’on veut, on arrive jamais à se séparer de ces soucis, de ce genre de pensées.

Pour se débarrasser de ce problème on peut penser que la rencontre avec une autre personne va changer les choses mais non, c’est de son passé qu’il faut se séparer. Il faut passer à autre chose dans sa tête.

On ne peut jamais oublier

Alcool, drogue, temps, on peut faire tout ce qu’on veut, quand on est sensible, c’est pour la vie. Car le problème vient de là, on ne veut pas se sentir seule et on ne veut pasSe libérer de son passé après un chagrin d'amour imaginer l’autre vivant sa vie avec quelqu’un d’autres. Le simple fait de le savoir partageant les gestes du quotidien avec une autre devient vite une torture. C’est pour cette raison qu’il faut faire un travail sur soi car celui qui part ne va pas le faire à notre place.

Pour une rupture réussie

Ceux qui restent amis avec leurs ex sont ceux qui savent passer à autre chose. Si on coupe tous les ponts, on ne peut pas vivre sa vie.

En effet, on peut se pourrir sa propre vie avec cette attitude et c’est là le danger car cela peut durer très longtemps.

Il faut donc réussir à réfléchir en temps de crise. Comme pour un sevrage quelconque, il est impératif de combattre les moments de manque en faisant autre chose, en se forçant dans ces moments là à être forte.

La solution est là, il faut être forte dans ces moments très courts mais fréquents pendants lesquels on peut basculer. Isoler ces moments et les gérer quand il arrive est le premier des travaux à faire et le premier pas non pas vers la guérison mais vers l’acceptation.