La joie de vivre est en soi-même et pas ailleurs!

Le stress est une grande source de problèmes. Il nous empêche d’être heureux, il nous interdit de faire ce que l’on voudrait faire. En effet, quand on est pas heureux, la tendance au repli sur soi est grande et il est souvent difficile de se sortir de ce cercle vicieux qui peut même parfois mener au suicide. Alors comment faire pour s’en sortir?

Les autres ne sont pas un problème

Dans ce genre de situations nous sommes nombreuses et nombreux à chercher chez les autres les causes de notre malheur. Hors, ce n’est pas seulement le cas puisque si les autres peuvent nous faire du mal, ce n’est pas de leur faute si nous arrivons ou non à rebondir. En effet, dans tous combat, dans tout conflit il y a les combatifs qui se relèvent et continuent la bataille jusqu’au bout et il y a ceux qui ont des problèmes. Dans les deux cas, ils doivent faire face aux autres et pourtant l’attitude est différente.

Les réponses sont en nous

C’est ce qu’il faut bien comprendre. Nous sommes la source de nos propres problèmes, le bonheur n’est pas une chose qui vient de l’extérieur mais qui vient de nous. Il est en nous et il faut savoir le retrouver quand il se perd.

Les moyens de le retrouver

Le fait de vouloir retrouver le bonheur est le premier pas, mais ce qu’il faut c’est bien comprendre que ce n’est que le début d’une bataille qui sera longue et difficile à mener. En effet, on ne passe pas du repli sur soi à une vie sociale “normale” aussi facilement. Il faut savoir que le parcours sera long mais surtout qu’il ne sera pas toujours parfaitement droit. Il faut bien en prendre conscience car tous les coachings, les méthodes miracles et toutes les séances de psychothérapie de la Terre ne sont rien sans cette prise de conscience du fait que le bonheur est en nous et qu’il faut aller le chercher par son propre travail. Il faut donc se faire mal pour faire des choses que nous ne faisons plus, il faut renouer avec l’amour et se lancer même si on à peur. La peur n’évite pas le danger et il est clair que l’on obtient rien sans rien.

Avez-vous déjà-vu un alcoolique? Tous les médecins qu’il voit, sa famille lui disent d’arrêter mais rien ne se passe tant qu’il ne choisit pas de s’arrêter. Il sait très bien qu’il fait souffrir sa famille, qu’il met sa vie en danger, tout cela il le sait mais tant qu’il ne choisit pas de mettre fin à tout cela, il est seul face à son mal. Le jour où il décide de s’arrêter alors là commence un travail long et difficile mais qui peut s’avérer payant si il tient le coup. Retrouver l’estime de soi, c’est exister aux yeux des autres et enfin être fier du travail accomplit. C’est ça être heureux!

Pas de bonheur parfait

Il faut aussi bien comprendre que le bonheur c’est se sentir bien et ne pas se mentir. Il est clair que le fait de prendre la décision est une chose mais il ne faut pas non plus croire que cela soit une chose qui se prévoit à l’avance. On ne choisit pas son bonheur plutôt qu’un autre, on est heureux quand on ne se pose plus la question.