Je veux tellement un bébé que je fais peur à mes prétendants!

Elles sont nombreuses les femmes qui veulent un bébé mais elles le sont moins à le vouloir si fort que cela en devient une obsession. Pourtant ces femmes existent. On les reconnaît facilement à leur capacité à nier à réalité pour certaines et à leur discours sur les enfants pour d’autres. Leur point commun? Elles ne parlent que de cela! Du coup, si tous les hommes ne sont pas des adolescents attardés qui ne veulent pas d’enfants, ils sont en revanche bien plus nombreux à se dire que les femmes monomaniaques représentent un certain danger.

Quand on voit le compteur tourner

Ce qui se passe c’est que le désir d’enfant s’amplifie à mesure que le temps passe car on se projette dans l’avenir et on imagine ce qui se passerait si on était trop vieille pour réussir ou même on en avait pas! A ce moment le désir d’information augmente et le problème c’est que l’on en trouve. Oui, il y a tant d’ouvrages, de reportages, d’émissions sur le sujet que l’information devient confuse mais surtout obsédante car il n’y a rien de plus facile que de trouver ce que l’on cherche.

Pas de panique!

Il faut garder son sang froid car c’est justement cette approche quasi hystérique qui fait fuir les hommes car quand un désir se transforme en obsession, là c’est qu’il y a un problème. En effet, il ne faut pas non plus tout mettre sur le compte de ses prétendants car ils ne peuvent pas tous être immatures, menteurs ou obsédés par le travail, non, quand tout le monde s’accorde à dire que nous avons un problème alors il faut se faire une raison: Nous avons un problème.

Donc il faut reprendre son calme, arrêter de penser à la même chose sans cesse mais surtout arrêter de soûler les autres avec la même idée. En effet, “intellectualiser” la chose est tout sauf une bonne idée, ce qui compte c’est de se détendre de vivre tranquillement. Oui, c’est plus facile à dire qu’à faire mais si on veut changer il faut en passer par là. Ce n’est pas en parlant bébé dès la première heure de rencontre que l’on arrive à faire les choses car certes, il faut mettre les choses au point, mais on est pas obligée d’agresser l’autre tout de suite avec ce sujet. Se laisser le temps de se connaître, apprendre à se laisser aller pour instaurer une relation de complicité c’est ça qui est important. Car ce qui compte en fait c’est de vivre des choses avec l’autre, de rire, de partager, c’est cela la base d’un couple, le bébé n’en est que le résultat, ce n’est pas une condition préalable.

Ne pas oublier l’essentiel

Pourquoi commencer par la fin? Le bébé n’est pas une chose que l’on doit faire car on la veut comme on voudrait une chose, on ne fait pas d’enfant pour sa satisfaction personnelle mais parce que le moment est venu dans le couple de le faire. C’est pour cette raison que ce qui compte en premier est le couple car un enfant se fait à deux et il ne faut pas l’oublier.

Attention donc, les obsessions en général ont une source, une peur, le plus souvent. Du coup il faut apprendre à se maîtriser pour que cette peur se taise et même disparaisse car la première victime de ce stress est nous-même.