Et si mon psy faisait une erreur de jugement?

Les psychologues utilisent des grands mots pour parler, ils n’hésitent pas à comparer des situations que nous vivons avec des mythes de la mythologie grecque. Il n’est pas rare non plus qu’ils nous parlent de concepts que nous croyons comprendre et que nous ne maîtrisons pas du tout. En plus avec les magazines, les livres de développement personnel et la psycho ambiante les choses se bousculent dans nos têtes jusqu’à nous faire perdre le nord. Du coup on s’en remet à des professionnels avec le plus souvent une confiance aveugle et en tout cas une certaine capacité à nous persuader qu’ils connaissent leur travail.
Mais est-ce bien raisonnable?

Une culture particulière

Il faut dire que ce qui compte dans la psychologie se sont les courants. Il y a les disciples de Freud, de Lacan, de Dolto et bien d’autres. Il y a ceux qui sont reconnus par la médecin, il y a les auto-proclamé et ceux qui pensent qu’avoir un diplôme d’un gourou leur permettra de comprendre les mystères de l’Univers donc forcément ils ne pourront pas ne pas comprendre de petits mystères existentiels. Bref, le problème avec tous ses courants c’est qu’ils sont si nombreux que nous ne savons vers lesquels nous tourner, que quand nous lisons leurs textes fondateurs on y comprend rien. L’ennui c’est qu’avant de pousser la porte du psychothérapeute on ne sait pas du tout sur qui on va tomber à moins qu’il ne nous soit recommandé.

Et les erreurs alors?

Oui, il arrive que les psys se plantent totalement! Problème de formation, problème de point de vue personnel sur un cas, application aveugle de connaissances générales qui ne correspondent en rien à une réalité particulière, ou personne qui se croit plus intelligente qu’elle ne l’est en réalité, les possibilités de fautes sont nombreuses et c’est aussi pour cela que la psychologie comme l’astrologie ne sont pas des sciences dures mais au mieux pour la première une science humaine.

Car oui, il n’y a pas tant de marge entre certains psychothérapeutes et les voyants car certains sont très branchés médecines parallèles, courants philosophiques “alternatifs”. Autant de mots pour bien peu de choses finalement.

Que choisir?

Un psychologue est comme une pochette surprise, il n’est pas possible de savoir à l’avance sur quoi nous allons tomber. IL y en a des bons et des mauvais. Ce qu’il faut c’est ne pas laisser son cerveau de côté et garder son jugement et son esprit critique mais surtout ne pas hésiter à dire à son psy que l’on ne partage pas son avis, car cela peut instaurer un dialogue constructif mais aussi amener à déceler des erreurs si grossières que songer à changer de praticien ne serait peut-être pas une mauvaise idée.